Démarche de vie

WWOOFing en Haute-Corse (2)

Et voilà, mon 2ème WWOOFing s’est achevé. Déjà 2 mois que j’étais installée à Île Rousse, je n’ai pas vu le temps passer !

A présent je me sens tout à fait à l’aise avec les tâches de jardinage. Dire qu’il y a 6 mois je me sentais incapable de me servir de mes dix doigts pour bricoler et jardiner ! Comme quoi, parfois il suffit de se lancer et de faire quelques choses simples pour prendre confiance en soi et se dire que finalement, ce n’est pas si terrible que ça en avait l’air 🙂

Durant ces 2 mois je me suis attachée à la Balagne. Je m’y sens bien. Hors saison en tout cas, à voir quelle est l’ampleur de la folie touristique qu’apportera l’été…

La Corse est un territoire avec énormément de potentiel. Il y a beaucoup de choses à faire, le champs des possibles est encore très vaste. Cette région a un goût de Liberté. Un territoire avec aussi des contraintes, où il faut composer avec les paysages, les conditions climatiques, la culture… Mais pour l’instant je ne ressens pas ces contraintes comme des limites, plutôt comme des parties intégrantes d’un endroit que j’aime dans son ensemble.

Au fur et à mesure du temps passé en WWOOFing, de nouvelles pistes me sont apparues pour mon parcours professionnel. Si je suis venue en Corse, c’était dans l’optique de trouver un endroit où je me vois rester pour y vivre (et le test semble pour le moment concluant… 🙂 ), mais aussi pour continuer la quête de mon « métier idéal ».

Depuis ma crise existentielle, qui a débuté il y a déjà 1 an et demi, je cherchais ce que je pouvais bien faire de ma vie. Je cherchais LE boulot qui me convienne. Un boulot qui me passionnerait, dans lequel je pourrais être indépendante, qui me stimule intellectuellement mais qui me permette de passer aussi beaucoup de temps dehors, au contact de la nature. Un boulot qui soit en accord avec mes valeurs écologiques et humaines, qui soit en cohérence avec ma recherche de sens. Un boulot qui me permette de travailler depuis chez moi, et dans lequel la routine soit quasiment absente. Un boulot qui me permettrait d’apprendre en permanence, et dans lequel l’introvertie que je suis soit à son aise.

Un cahier des charges très exigent… Je commençais à me dire que je ne trouverai jamais.

Mais dans un premier temps, je suis tombée sur cette vidéo :
L’illusion de la passion | Nicolas Beretti | TEDxCelsa

C’est vrai que depuis que je suis à la recherche de ce que je veux faire de ma vie, je m’attendais à trouver LA chose qui me passionnerait tellement que j’en ferais mon métier. MA passion. LE sujet qui occuperait mes pensées du matin au soir avec plaisir.

Or grâce à cette vidéo, j’ai réalisé que… je n’avais pas de sujet passion. Comment pourrais-je en avoir, moi qui ai tant besoin de diversité ? J’aime tellement apprendre de nouvelles choses, tout le temps, que me concentrer sur un seul sujet me fait sombrer dans l’ennui. Alors avoir UN sujet passion… évidemment que c’était une aberration pour moi !

En fait, ma passion à moi, c’est d’avoir du temps. Du temps pour moi, du temps pour apprendre, du temps pour lire, du temps pour mes proches, du temps pour faire ce que j’ai envie. Voilà ce que cette année de test introspectif m’a fait comprendre. J’aime mon temps par dessus tout. J’aime ma liberté. J’aime me demander tous les jours ce que j’ai envie de faire, et pouvoir le faire. C’est pour ça que je veux me battre dans ma vie. C’est comme ça que ma vie semble la peine d’être vécue.

La 2eme chose que j’ai réalisé, c’est qu’il me semblait aujourd’hui inimaginable de ne pas avoir de terrain où je pourrai cultiver ma nourriture, subvenir au maximum à mes besoins, pouvoir accueillir mes proches sans aucune contraintes…

Je sais que c’est un sujet délicat, et je n’en parle pas vraiment sur ce site ou sur les réseaux sociaux, mais j’ai l’intuition que nous allons vers des temps difficiles, avec de vrais impacts sur nos vies, dans seulement quelques années. Des temps où il faudra se débrouiller autrement. [Pour ceux que ça intéresse, allez lire le livre de Pablo Servigne et Raphaël Stevens « Comment tout peut s’effondrer »]

Ainsi, aujourd’hui il me parait incontournable de me créer un écosystème résilient dans lequel je sache vivre sans supermarché, sans carte de crédit, sans énergies fossiles, et dans lequel je puisse avoir des liens de qualité avec mon environnement et mes proches.

Alors pourquoi pas faire de la construction de cet écosystème et des cultures que j’en tirerai mon métier ? Pourquoi ne pas devenir « paysanne », « micro-agricultrice » en utilisant l’agro-écologie/la permaculture ? Voilà un travail qui semble répondre à beaucoup de points de mon cahier des charges… Jamais je n’aurai imaginé un jour envisager ce type de vie, mais pourquoi pas ? Travailler au contact de la terre, pour produire des choses saines, tout en respectant la biodiversité et en me permettant de me débrancher au mieux du système de consommation « hors-sol » qui est en vigueur aujourd’hui… voilà un travail qui a vraiment du sens pour moi, et qui me plait de faire au quotidien. Un travail qui peut devenir aussi intellectuel que je le souhaite, et où la seule routine sera celle que je choisirai. A moi de me plonger un peu sur le sujet et d’approfondir cette réflexion !

Parce que beaucoup de gens rêvent de se lancer dans ce type de projet, et sur les quelques uns qui se lancent vraiment, il y en a aussi beaucoup qui se ramassent, faute de bonnes connaissances du métier, faute d’une bonne gestion et à cause d’un peu trop d’idéalisme. Je ne suis pas du genre à me lancer dans ce type de projet la fleur au fusil, et je sais que la réalité de la permaculture et de la recherche d’autonomie n’est pas aussi facile qu’on peut le croire…

Alors avant tout, je vais devoir potasser un peu le sujet 🙂

 

Bref, après ce WWOOFing à Île Rousse j’ai migré dans un nouveau WWOOFing, vers l’Ouest de la Balagne, entre Calvi et Calenzana. Un endroit magnifique chez des hôtes adorables. Mes dernières semaines en Corse avant un retour à Paris fin décembre, pour passer l’hiver sur le continent…. (mais retour en Corse prévu pour mars !)

De nouvelles photos à venir à la fin de mon WWOOFing actuel ! 🙂

2 réflexions au sujet de “WWOOFing en Haute-Corse (2)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *