Voyages

Dans mon sac de voyage

Maintenant que je commence à avoir un sac dont le contenu me convient (même s’il n’est pas encore tout à fait optimal), je me suis dis que j’allais vous faire un article pour vous en parler. Peut-être que ça pourra vous inspirer pour faire votre propre sac 🙂

Alors, qu’est-ce que j’ai dans mon sac quand je pars en voyage ? (pour la rando c’est différent, là je parle uniquement de voyage au sens général)

Mon sac à dos

Mon compagnon de voyage préféré : le Deuter Guide 40+ SL.
Le SL veut dire qu’il est adapté à la morphologie féminine. La ceinture de hanches est large, la sangle de poitrine est réglable en hauteur…
Le 40+ veut dire qu’il a une contenance de 40L, mais peut se voir rajouter 10L en utilisant l’extension intégrée.

J’ai passé pas mal de temps sur les comparatifs de sacs à dos sur internet pour trouver THE sac. J’en voulais un qui soit utilisable à la fois pour voyager et en montagne. Mes comparatifs avaient aboutis à une hésitation entre 2 modèles, mais en allant essayer en boutique, il a été de suite évident que c’était le Deuter Guide qui était fait pour ma morphologie. Moralité : essayez TOUJOURS votre sac à dos avant d’acheter !

Ce sac est conçu pour être un sac à dos d’alpinisme. Ça veut dire qu’il a beaucoup de petites attaches partout devant pour du matériel de montagne et qu’il a des sangles porte-ski sur le coté. Evidemment, je n’utilise ni l’une ni l’autre.

MAIS, là où le coté alpinisme joue, c’est que :
– Les sangles porte-ski sont super solides, ce qui en fait une prise de choix pour porter mon sac, ou le récupérer au fond d’un coffre quand il est lourd…. J’adore ces sangles pour manier mon sac !
– Les sacs à dos d’alpinisme sont de forme étroite. Je trouve ça très utile d’avoir un sac à dos qui ne dépasse pas de sa largeur de corps, car c’est bien plus maniable. Fini les gens bousculés sans faire exprès et la porcelaine renversée ^^
– Le tissu est hyper résistant, et la forme du sac est faite pour suivre vos mouvements sans entrave. Hyper agréable à porter !

La contenance de ce sac à dos est parfaite, car elle oblige à se limiter. Plus le sac est grand, plus on emporte de trucs, c’est bien connu ! Je sais qu’un volume de 40L est pratique à trimbaler partout, à garder avec soi dans les transports…

Lorsque j’ai vraiment besoin de prendre plus de volume, je gonfle l’extension en haut du sac, et si vraiment je dois ajouter de la contenance, j’utilise 2 petites pochettes externes amovibles vendues aussi par Deuter. Je suis très surprise de la contenance de ces pochettes qui ne payent pas de mine, mais qui me permettent de caser pas mal de chose !

Bref, un sac à dos solide de qualité qui me suit partout !

Remarque : pensez bien à acheter une house de protection anti-pluie, en prenant en compte le chargement maximum de votre sac. J’ai une house anti-pluie pour sac à dos de 60L, et c’est parfait pour mon sac lorsqu’il est chargé de ses pochettes externes.

Ma trousse de toilette

Je suis tombée dessus par hasard à Décathlon, et j’ai été conquise par sa taille et sa légèreté ! Il s’agit de la trousse de toilette Forclaz Ultralight. Encore une fois, la taille ne veut rien dire puisqu’elle permet de ranger pas mal de chose dedans ! Voyez vous-même :

  • Shampoing solide de chez Lamazuna ou Pachamamaï: mes cheveux et la planète adorent ! 😍
  • Savon solide : Mon premier savon solide a été celui de la marque Dr Bronner’s. Parce qu’il est entièrement naturel, et peut donc être utilisé sans crainte pour se laver dans la nature. Il est aussi très polyvalent, on peut faire sa lessive, sa vaisselle, se laver les dents, l’utiliser en déodorant. Bref, en rando c’est le top.
  • Déodorant fait maison : un mini pot en verre, un mélange d’huile de coco (en attendant de trouver mieux), de bicarbonate de soude, quelques gouttes d’huiles essentielles et roule ma poule !
  • Dentifrice solide de chez Pachamamaï : hyper nomade et longue durée, le mien a bientôt 1 an ! Et celui là a du goût et fait de la mousse !
  • Peigne et autre menus accessoires pour les cheveux : en double voire en quadruple. Les filles aux cheveux longs me comprendront ! 😅
  • Éponge de Konjac : j’aime beaucoup cette éponge naturelle, bio et biodégradable qui nettoie le visage en douceur !
  • Le nettoyant visage de Lamazuna : plus respectueux du visage qu’un savon, à frotter avec l’éponge de konjac.
  • Oriculi : Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un petit bâtonnet en bois qui remplace à vie les coton-tiges. Ça implique vraiment de changer ses habitudes (et de faire attention !!), mais bon, pour la place que ça prend, et compte tenu de l’impact écologique moisi des coton-tiges… mais je ne suis quand même pas très fan, je vais chercher une alternative coton tige écolo !
  • Cup menstruelle : j’ai mis du temps à m’y mettre… Mais finalement, après une toute petite période de prise en main (c’est le cas de le dire haha), je suis conquise👍 Attention cependant en voyage, ce n’est pas toujours évident de trouver un moyen de bien se laver les mains avant manipulation… ça peut causer quelques problèmes infectieux (coucou les urgences de Barcelone un dimanche à minuit…😭). Donc ne plaisantez pas avec l’hygiène des mains et de la cup !
  • Serviette hygiénique lavable /culottes menstruelles de chez Fempo : tendent de plus en plus à remplacer ma cup, je les trouvent vraiment super pratiques et confortables !
  • Brosse à dent : ma prochaine sera une brosse à dent en bois compostable, par exemple de la marque Pachamamaï, MyBooCompany, BrushWithBamboo…
  • Stick à lèvre solaire : mon indispensable contre les boutons de fièvre, qui ont la sale manie d’apparaître après une exposition au soleil sans protection solaire…

A cette liste se rajoute mon petit épilateur électrique, dont je ne suis pas spécialement fan (bruit, douleur…), et un petit pot de cire au sucre faite maison, qui, il faut le dire, est carrément fabuleuse à utiliser 😍

Petite info en passant : saviez-vous que le soleil a un fort pouvoir désinfectant ? Faire sécher au soleil son linge, sa serviette hygiénique lavable, sa cup, ou tout autre objet que l’on souhaite désinfecter permet de tuer les organismes pathogènes !

Mes trousses de soin

Alors là, j’ai deux trousses: ma trousse de premiers soins, et ma trousse d’huiles essentielles. Les deux prennent un volume non négligeable, et rajoutent des grammes qui se sentent, mais… je n’arrive pas à me résoudre à ne pas les prendre. Il s’agit de santé après tout !

Ma trousse de premiers soin : j’ai une trousse « toute faite » de la taille de la main, que l’on trouve dans le commerce, à laquelle j’ai rajouté une couverture de survie, des anti-inflamatoires, des dolipranes et des pastilles désinfectantes pour l’eau. Je la trouve assez bien faite cette trousse, même si je me demande si je saurai l’utiliser en cas de problème, malgré mon PSC1 😅

Ma trousse d’huiles essentielles : mon précieuuuuux ! Petite trousse commandée sur internet qui permet de ranger ses huiles essentielles (HE) bien droites. Elle contient à ce jour:
– HE de Tea tree
– HE de Lavande vraie/officinale
– HE de Niaouli
– HE de Sarriette des montagnes
– HE de Cyprès
– HE d’Origan compact
– HE d’Eucalyptus radié
– HE d’Eucalyptus citronné
– HE de Camomille romaine
– HE de Menthe poivrée
– HE de Gaulthérie
– Huile de Jojoba
– Huile d’Arnica

Certaines HE me servent quasiment tous les jours, d’autres quasiment jamais. C’est le cas par exemple de l’Origan, qui fait office d’antibiotique (donc utilisé aussi rarement que possible, croisons les doigts !), ou encore le Cyprès contre la toux ou l’Eucalyptus contre le nez bouché (on ne se coltine pas un rhume tous les 4 matins…). Cette liste a donc vocation à évoluer, pour se raccourcir et devenir plus optimale.

Divers objets

En vrac :

  • 2 serviettes microfibres, une pour les cheveux et une pour le corps. Quand je suis vraiment en dèche de place je n’en prend qu’une, mais c’est galère…
  • Lampe frontale avec option « lumière rouge »
  • Lunette de soleil : attention à ne pas prendre de la merde. Les lunettes à 3 euro sont simplement des lunettes opacifiées, qui n’ont pour effet que de dilater votre pupille encore plus et de rendre vos yeux plus vulnérables au soleil. Choisissez les bien !
  • Gourde de 1L (préférez l’inox plutôt que le plastique ou l’aluminium !)
  • Une petite trousse dans laquelle j’ai des boule Quies, un masque de nuit, et des chaussettes d’avion. C’est ma petite trousse de grand mère ^^
  • Un bout de ficelle pour improviser un fil à sécher le linge n’importe où
  • Une petite boite d’allumettes, ça peut toujours servir. J’ai tendance à dire qu’on devrait toujours avoir sur soi de quoi survivre une nuit en pleine nature. Bon je ne suis pas du tout une pro de la survie, mais je me dis qu’un peu à manger, à boire, de quoi faire du feu, une couverture de survie et un couteau, ce n’est pas le bout du monde à porter et ça peut sauver.
  • Mon opinel (attention aux transports aériens…)
  • Un cadenas à code
  • Un tupperware pliable (pour les biscuits ou les fruits piqués au petit dej à volonté, chut :-p )
  • Un tote bag personnalisé de chez On The Other Fish qui me permet d’aller me balader comme une touriste, qui prend zéro place dans le sac, et qui peut permettre de transporter des trucs supplémentaires (les courses faite dans la journée par exemple)

Mes vêtements

L’objectif, c’est que tous mes vêtements rentrent dans une pochette de rangement de ce style (la taille moyenne, et en vrai c’est assez petit ^^) :

Il faut donc restreindre au minimum, et se dire qu’on fera tout simplement plus de lessives et qu’on aura moins de variété de look !

Ainsi, pour des températures estivales ou de mi-saison, en plus des 3-4 sous-vêtements, le maillot de bain et la casquette, j’ai :

– Le pantalon Dynama de chez Mountain Hardware. Je cherchais un pantalon confortable à porter en voyage et en randonnée, et qui fasse assez habillé pour sortir en ville sans avoir l’air d’une randonneuse ambulante. J’ai trouvé mon bonheur dans ce pantalon !
– Ma paire de Dr Martins. Je cherchais des chaussures solides, qui soient utilisables en ville comme dans la nature (bon, pas en haute montagne non plus, n’exagérons rien). Pari réussi avec mes doc. J’avais quelques doutes vis à vis du look que ça me donnait, mais aujourd’hui je les adore !!! J’ai pris les doc de la gamme vegan, et elles sont top, elles n’ont strictement rien à envier au cuir, au contraire on s’économise l’entretien !
– Des tongs, parce que quand il faut chaud c’est bien, et pour les douches un peu rustiques au sol douteux aussi 🤣
– 3 débardeurs de la gamme « Camaï » de chez Camaïeu. Le tissu est fait pour isoler un peu thermiquement, et est très respirant. Je les aime beaucoup, ils sont simples et efficaces !
– Un pull fin en laine de mérinos.
– Ma doudoune « Quince Pro » de The North Face. Elle se compresse super bien pour prendre le moins de place possible, et tient bien chaud lors des petits frais estivaux ou de mi-saison.
– Ma veste Hadze Hoody de chez Patagonia. Son seul « défaut » (qui n’est pas un défaut puisqu’elle n’a pas été conçue pour ça) est de ne pas être imperméable. Mais c’est la seule veste légère que j’ai qui soit coupe vent et agréable à porter. Donc dans l’attente d’avoir un jour une veste imperméable non doublée pour les pluies estivales, je prends celle la (et j’ai menti, elle ne rentre pas dans la pochette de rangement, je la mets autre part dans le sac ou sur le sac !)
– Un paréo plutôt opaque. Ça peut tout faire : robe, serviette de plage, couvre épaules….
– Un short. Aaaaaaah le short… Impossible d’en trouver un que je trouve joli (c’est à dire assez court pour ne pas avoir l’air d’une plouc en bermuda. je déteste les shorts longs…), mais qui ne me remonte pas sur les reins pour dévoiler mes fesses à la terre entière. J’ai donc opté pour un short de bain de chez décathlon, qui, je crois, ne fait pas trop maillot de bain… M’enfin ma quête du short parfait n’est pas terminée, je l’aurai un jour, je l’aurai !

Bon, et puis selon ce que je fais en voyage, je peux aussi prendre un jean de travail et des chaussures de chantier (pour les wwoofing par exemple), mon sarouel que j’adore pour faire ma touriste quand il fait chaud, une polaire en plus, des baskets…

Je n’ai jamais trop expérimenté les voyages hivernaux, à part mon séjour au Canada mais qui demandait des vêtements assez spécifiques. Je ne vais donc pas détailler cette partie là, mais je vous invite à aller jeter un œil à ma liste de vêtements de montagne, qui risquent fort d’être les même si un jour je pars en voyage hivernal !

Remarque : mes vêtements ont été achetés avant ma reconversion (progressive) en néo-hippie-écolo 🙂 . Il est certain que si c’était à refaire aujourd’hui, je n’achèterais pas forcément les même vêtements, et que j’en choisirais des plus éthiques et écologiques. M’enfin, ma garde-robe est ce qu’elle est, et garder des vêtements aussi longtemps que possible est aussi une manière « d’écologifier » son armoire 🙂

Les indispensables

Faut-il vraiment préciser que je prends mon passeport ou ma carte d’identité ?

N’oubliez surtout pas de prendre votre carte d’assurance maladie européenne si vous partez en Europe. Elle vous permet d’avoir les mêmes droits de sécu qu’en France, et ça m’a bien sauvé de ne pas avoir à payer ma visite aux urgences à Barcelone grâce à cette carte !

Prenez aussi avec vous, dans un autre endroit de votre sac, les photocopies de votre carte d’identité, passeport… et l’attestation papier de votre carte d’assurance maladie européenne. Imprimez votre attestation d’assurance voyage. De la même manière, gardez ces documents accessibles dans une boite mail ou un drive, que vous puissiez les récupérer de n’importe où… on ne sait jamais !

Un autre indispensable de voyage : une batterie externe, qui permet de recharger son téléphone en cas de dèche (et l’adaptateur universel qui va bien) !

Je mets aussi dans ma liste des indispensables ma liseuse (livre électronique), car c’est vraiment un indispensable de vie pour moi ^^

Pour les travailleurs ou les drogués

L’ordinateur… grande question avant le départ, je prends ou je ne prend pas ? C’est clair que ça rajoute un poids non négligeable, et ça rend le sac assez précieux pour être vraiment embêté s’il lui arrive quoi que ce soit…
Donc à vous de jauger, si vous travaillez sur ordi, ou si vous ne pouvez pas vous en passer. Sachant que maintenant les smartphones se substituent aux ordi pour énormément de taches.

Si vous avez une tablette, je vous conseille le clavier pliable de chez Microsoft. J’ai longtemps hésité avant de me le prendre, vu son prix, mais je ne regrette pas mon achat vu sa taille et son poids inexistant. C’est un must have des digital nomades ! Il se connecte en bluetooth à la tablette et c’est parti !

J’ai aussi toujours un petit carnet et un stylo, pour écrire des idées ou des horaires de bus…

Tente ou pas tente ?

Ah grande question… depuis que je pars en mode « je ne sais pas trop de quoi demain sera fait ! » (mon voyage en Espagne et mon départ pour la Corse sans billet retour), je l’ai toujours prise. Elle n’est pas indispensable, car il y a toujours des moyens de se loger autrement (airbnb, auberge de jeunesse…), mais je ne sais pas, ça me rassure d’avoir ma maison avec moi si jamais…
Et puis je me dit que si j’ai envie de partir en rando… Bref, y’a toujours une bonne excuse.

J’ai choisi mon matériel de bivouac pour qu’il soit très léger et compact.
Pour cela, j’ai pris la tente MSR Hubba Hubba (2 places, parce que 1 place c’est trop serré !), et le matelas Zor 20R de chez Nemo.
Le tapis de sol est juste incroyablement léger et compact.
La tente est super légère aussi, je l’adore. Son seul défaut est d’avoir des arceaux un peu grands, ce qui fait qu’ils dépassent lorsqu’on les range dans un sac pas assez haut. Dans mon sac de 40L ça rentre, mais si je veux prendre un jour un sac plus petit, les arceaux ne rentreront pas sans dépasser.

Pour le duvet, je suis abonnée à la marque Lestra, qui fait d’excellents sacs de couchages. Les miens ont auparavant servis à mon père, ils ont donc quelques années à leur actif et sont toujours au top !

Remarque: je ne prêche jamais par optimisme concernant l’épaisseur de mon duvet. Je considère toujours qu’il va faire plus froid que ce que je ne le pense, et à chaque fois je me suis félicitée de cette précaution, car les nuits fraîches peuvent vous surprendre n’importe où ! Cependant, vous pouvez compléter un duvet un peu moyen par un sac à viande qui joue un petit rôle thermique, comme le Thermolite de chez SeaToSummit.

Conclusion

Dans l’idéal mon sac à dos de voyage serait encore plus petit. Mais pour cela il faudrait virer la tente et le duvet, virer l’ordi, et éviter d’avoir à prendre du matériel en plus… Cependant ce n’est pas vraiment possible vues mes activités et mon type de voyages.

Par exemple, mes affaires nécessaires pour la Corses sont d’autant plus nombreuses que j’ai du rajouter un sac de 20L à porter sur le devant… Eh oui, des chaussures de chantier, du matériel d’escalade et quelques vêtements en plus ne rentrent pas dans mon super Deuter Guide…

Je pense qu’il n’y a pas vraiment de sac idéal et universel. Il dépendra toujours un peu de ce qu’on a prévu de faire durant ce voyage, des objectifs que l’on se fixe. Par exemple, il y a de forte chance pour qu’en Corse je fasse des bivouacs et que j’ai besoin de chaussures solides pour travailler en Wwoofing. J’ai donc pris ma tente et des chaussures de chantier. Il y a aussi des probabilités pour que j’aille à la mer, mais je n’ai pas pris pour autant un masque et un tuba, car ce n’est pas vraiment dans mes objectifs de voyage. Vous voyez l’idée ?

Bref, bonne préparation de sac à tous, et à bientôt !

2 réflexions au sujet de “Dans mon sac de voyage”

  1. Coucou,

    Pour le dentifrice j’ai testé aussi celui de Lamazuna et pas convaincue, je n’avais aucune matière sur ma brosse a dents. Pour rester ZD je ne saurais que te conseiller celui de Pachamamai (Crystal), qui est vraiment top, solide et ZD évidemment!

    Très belle découverte que ce blog 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *